Féminin sacré - Rencontrez la déesse qui sommeille en vous

Interview Shanti Box X Melissandre de Green soul 

Gardienne de la Terre. Chamanisme féminin.
Auteure du livre “Féminin sacré”


Selon toi, pourquoi assiste-t-on à une montée du féminin sacré ? 

L’ancien monde est à bout de souffle, littéralement. Il reflète le déséquilibre de nos polarités féminine/masculine en nous et à l’extérieur de nous. Je ressens personnellement un éveil très puissant du féminin depuis 2 ans. La parole se libère, les vérités émergent, et avec elles le désir d’une harmonie et d’un réenchantement du Monde, en lien profond avec le Vivant, une quête de sens.

Le Féminin sacré y répond car il apporte la partie qui nous a tant manqué. Celle du lien avec le subtil, l’invisible, l’intuition, la sagesse profonde. Le Féminin guide, initie. C’est la Source. Le Masculin soutient et protège ; il apporte la force d’action pour ancrer dans la matière. La société patriarcale a complètement ignoré le Féminin, rendant le Masculin complètement dénaturé, déséquilibré. 

Intuitivement, je le ressens comme l’appel de notre Terre Mère, comme un cordon ombilical trop longtemps tendu, qui nous ramène à elle, nous rappelle notre sagesse profonde en lien avec les cycles de la Vie.

Quelles est la différence entre le féminin, le féminisme et la féminité ?

C’est super intéressant comme question, merci 🙂 Je partage ici ma vérité, sans prétendre qu’elle est La vérité. 

Quand je parle de Féminin, je parle de l’énergie – polarité Féminine. Chaque être humain porte en lui les énergies féminines et masculines – que l’on soit homme, femme, homosexuel.le, hétérosexuel.le, cisgenre, transgenre…

Je parle des énergies féminine et masculine dans le livre pour donner quelques repères.

Le Féminisme  il y a la définition du féminisme qui traduit la volonté d’égalité des droits sociaux, économiques, politiques pour les femmes dans la société. 
Et il y a l’image qu’on en a, souvent associée au mouvement des années 70 : les femmes ont incarné une polarité/énergie masculine très forte (au détriment de leur polarité féminine), pensant être la voie pour acquérir de nouveaux droits.  Pour moi, cette image est très liée au pouvoir sur et à une posture de Guerrière.

Le Féminin sacré est selon moi une nouvelle forme de Féminisme, avec les mêmes envies : l’égalité des droits – mais dans une démarche autre, qui accueille le masculin et les hommes au lieu de se sentir en lutte contre. La posture incarnée est celle de la Gardienne, qui s’affirme et se positionne sans entrer en combat. 

Féminité, pour moi ça a longtemps été associé à ce que la société patriarcale attend de nous en tant que Femme – ça se résume bien souvent à des accessoires extérieurs : les cheveux longs, des formes mises en valeur, des bijoux, du maquillage, des robes et des jupes, des vêtements à fleurs ou à papillons…
Ado, je ne me reconnaissais pas féminine parce que je n’aimais pas tous ces accessoires (c’était aussi, je le comprends aujourd’hui, un rejet de cette injonction).

En réalité, je crois que la vraie féminité est intérieure : incarner la compassion, l’intuition, être plutôt que faire – finalement pour moi aujourd’hui la féminité c’est incarner pleinement son énergie féminine (sans exclure sa polarité masculine).

Pourquoi est-ce si important de renouer avec sa puissance féminine ?

Je te remercie pour l’occasion qui m’est offerte de transmettre quelque chose d’important pour moi. PUISSANCE est à dissocier de POUVOIR (sur). 

On peut incarner sa puissance sans exercer de pouvoir sur quiconque. 

L’ancien monde s’est construit sur le pouvoir et la domination : l’homme blanc sur les autres couleurs, l’homme sur la femme, l’homme sur la nature. 
La Puissance est intérieure et n’implique pas de l’imposer à quique ce soit. C’est plutôt une force tranquille, une posture, un positionnement qui initie et inspire.

La société patriarcale a complètement effacé les qualités de l’énergie féminine, et ça se traduit à l’échelle de la société dans les rapports hommes-femmes. C’est passionnant ! 

C’est ce qui a conduit à un tel déséquilibre, tant dans notre rapport à nous-même que dans notre rapport homme-femme et homme-nature. 

Le Masculin a besoin que le Féminin guide et initie pour qu’il puisse à son tour se positionner, protéger et soutenir ce que le Féminin a initié. 

Je crois qu’à l’échelle de la société, les Femmes portent particulièrement cette puissance créatrice et cette responsabilité d’initier pour qu’enfin les Hommes suivent et retrouvent leur juste place, en équilibre.

(Combien de fois a t-on vécu ou entendu dans un couple que la femme initie toujours, l’homme attend bien souvent que sa compagne initie pour que lui se positionne en conséquence. J’ai aussi entendu beaucoup que les hommes s’intéressent au Masculin sacré parce que leur compagne grandit et qu’ils ne veulent pas rester à la traîne). C’est un exemple très concret de la façon dont renouer avec sa puissance féminine influe tout autour de nous.

A un niveau plus intime, on nous a appris à donner beaucoup de valeur à l’énergie masculine (le faire, le mental, l’organisation, …) et pas du tout à l’énergie féminine (l’être, l’intuition, l’accueil, …). On s’est coupé d’une part de nous même, de notre sagesse intérieure. Alors, on a cherché une validation extérieure pour se sentir légitime, belle, … Renouer avec sa puissance féminine, c’est redonner sa juste place à son énergie féminine, à sa sagesse profonde. On y trouve beaucoup d’apaisement, parce que l’on ressent que toutes les réponses sont déjà en nous. On ne se laisse plus dicter ce que l’on doit faire car on sait au fond de soi ce qui est juste pour soi. On ne s’en remet plus à une autorité extérieure mais au contraire on acquiert une solidité intérieure.

En quoi consiste les cercles de femmes ? Que peuvent-ils nous apporter ? 

Un cercle de femmes est un espace sacré, une bulle hors de son quotidien.

Concrètement, des femmes se rassemblent pendant 2-3h. La facilitatrice (celle qui créé le Cercle) guide et tient l’espace pour que chacune se sente en sécurité.

Pendant ce temps, chacune va pouvoir venir déposer sa parole, ce qu’elle traverse en ce moment. Généralement, un bâton de parole circule de mains en mains – celle qui tient le bâton a la parole et personne ne l’interrompt. Elle peut y déposer une difficulté, une blessure, une émotion, une réussite, une situation qu’elle rencontre.

Ce sont des espaces de sécurité. Tout ce qui se dit dans le cercle reste dans le cercle (confidentialité). On y expérimente l’écoute bienveillante. Aucun commentaire, aucun avis n’est admis – c’est ce qui fait que l’on s’y sent en sécurité. Personne ne va venir nous donner de conseil, on peut y déposer ce que l’on ressent sans honte ni culpabilité. C’est aussi très reposant de ne pas avoir à donner de conseil, juste accueillir ce qui est partagé. 

On lâche les rôles que l’on peut avoir à endosser dans le quotidien. On n’est plus chérie de, soeur de, mère de, fille de. On peut se déposer toute entière.

Le coeur s’ouvre, même en présence de femmes encore inconnues 2h auparavant. 

On touche l’intime et l’universel à la fois. La magie opère toujours, dans les échos des témoignages des unes et des autres. 

Le cercle, par sa forme, introduit le principe d’égalité : personne n’est au-dessus/en-dessous, devant/derrière. Chacune a sa place, donne autant qu’elle reçoit.

Il existe autant de cercles de femmes que de facilitatrices. Certaines aiment partager les énergies du moment, un tirage de carte, un rituel, une méditation, un chant. D’autres proposent des cercles thématiques (par exemple maternité, sexualité, …).

L’essence et l’intention d’un cercle de femmes sont les mêmes – offrir un espace sacré, sécurisé et libre pour se déposer et se relier à la sororité. 

Quel est le principal obstacle qui empêche de développer son féminin sacré ? 

Dans le quotidien, je dirais que le principal obstacle c’est de se défaire de ce que l’on croit attendu de nous ; arrêter de croire que l’on doit faire, faire, faire. Et puis accepter de se faire passer en premier. Depuis toute petite, on nous a appris à nous occuper des autres avant de s’occuper de soi, à servir les autres avant de se servir soi-même. Or, “une femme est une fontaine : elle doit d’abord être pleine avant de donner, sans quoi elle se vide et s’assèche” (Bhakti dans Inrees n°41). Tout dans la nature se donne en premier avant de donner autour de soi. 

Un autre obstacle possible est la peur de grandir, de se défaire de vieux schémas, de loyautés familiales ou amicales.

Le réflexe de remplir le vide est un obstacle de taille, ça demande un engagement pour créer l’espace pour accueillir autre chose et explorer à l’intérieure de soi.

As-tu un conseil pour incarner le féminin sacré et la spiritualité dans son quotidien ?

Je dirais du coup, le premier conseil : accepter de se faire passer en premier, et affirmer ses besoins. Ce n’est pas de l’égoïsme, c’est une responsabilité ! Et puis créer l’espace – arrêter de faire, s’accorder ne serait-ce que quelques minutes par jour, sans rien faire, simplement pour écouter ce qui est présent, accueillir ce que l’on ressent, ce dont on a envie/besoin.

Se connecter à sa cyclicité, notamment grâce à son cycle menstruel et aux 4 grands archétypes (Jeune Fille, Mère, Enchanteresse, Femme Sage) offre une voie précieuse pour rétablir l’harmonie en soi, en ressentant les différentes énergies qui nous traversent. 

(Moonrise Circle propose une formation en ligne ultra riche sur ce sujet !).

Quelles femmes ont influencé ton chemin, quelles sont tes références ? 

La première femme à m’avoir réellement influencé a été Lyvia Cairo. Sans le savoir, elle m’a transmis mes premiers enseignements liés au Féminin sacré.

Il y a eu Audrey (La Sourcière, à Bayonne), mon énergéticienne, la première à m’avoir parlé du Féminin sacré, de ce féminin qui guide, initie – que l’on respectait et honorait. C’est elle qui a posé la lumière sur mon Féminin blessé. 

Et puis Marion Thelliez et Laura Wencker de MoonriseCircle. Je me retrouve beaucoup en Marion, car elle allie chamanisme et féminins sacré ; pour moi les deux sont indissociables. 

Et puis, il y a des livres qui changent votre vie : Le Réveil des Gardiennes de la Terre(Marianne Grasselli Meier) a été de ceux-là. C’était la première fois que je lisais des mots qui exprimaient ce que je ressentais et m’ont permis de le conscientiser – mon rapport fusionnel avec la nature, la cyclicité. Âme de sorcière(Odile Chabrillac) aussi a été un tournant pour moi, dans des prises de conscience, notamment un nouveau regard sur la chasse aux sorcières, en réalité véritable féminicide.

Comment savoir si on est connectée à son féminin sacré ? 

Oula, la bonne question ^^. Je ne crois pas qu’il y ait connectée / pas connectée à son Féminin sacré. Je dirai plutôt qu’on est chacune sur son propre chemin, sa propre voie de guérison et de puissance intérieure. Un processus.

Je dirais que c’est donner de plus en plus de place à son énergie féminine (sans évincer son énergie masculine car c’est l’équilibre des deux qui nous permet de nous sentir alignée). 

Ce qui me vient c’est lâcher les injonctions pour faire confiance à son intuition, sa sagesse profonde. Plus on est connectée à son Féminin, moins on fait par obligation ou attente. On se défait petit à petit de la peur du regard des autres pour écouter ce qui est juste pour soi. La notion de responsabilité est aussi très importante – affirmer ses besoins et ne pas attendre que quelqu’un d’autre y répondent pour nous, nous permet de lâcher de nombreuses croyances limitantes.

Comment les sagesses amérindiennes peuvent nous aider dans l’éveil de notre féminin sacré ?

Je me sens très connectée à la roue de médecine amérindienne parce qu’elle est une voie cyclique d’harmonisation. J’ai aussi reçu des enseignements dans lesquels les 4 directions de la roue de médecine sont associés aux quatre grands archétypes féminins, et relient la cyclicité du Vivant à celle de notre corps de Femme.

Au-delà de cet outil, je suis convaincue que les sagesse indigènes en général peuvent nous aider parce que leurs peuples vivent en harmonie avec la Nature et semblent incarner leurs deux polarités féminines/masculines. 

Quels sont les liens entre les femmes et la Terre Mère ?

La question est vaste et complexe ! 
Ce que j’ai envie de partager là-dessus, c’est essentiellement la cyclicité, la puissance créatrice. Nous portons en nous les énergies de l’Univers, nous traversons les saisons chaque mois dans notre corps, nous connaissons par l’expérience le cycle de naissance, vie, déclin, mort, renaissance. On est pas forcément à l’écoute de notre cycle, notamment par la prise d’hormones pour la contraception. 

Je crois aussi profondément que la société patriarcale a voulu exercer un pouvoir sur nous, sur la fertilité que nous portons, comme un besoin pour les hommes de se sentir “utile” et de contrôler ce qu’ils ne contrôlent pas par essence. Pour moi, les femmes et la Terre incarnent l’énergie féminine et la façon dont une société traite la Terre et les Femmes reflète sa relation à l’énergie féminine.

Quel est ton livre de chevet que tu nous recommandes ?

Si je devais n’en choisir qu’un ? Ce serait Les 13 Mères Originelles, de Jamie Sams. La transmission d’une sagesse amérindienne, sous forme de contes qui nous permettent de nourrir notre imaginaire en même temps que notre sagesse profonde. 

En bonus pour s’éveiller à son Féminin : Le Réveil des Gardiennes de la Terre, de Marianne Grasselli Meier // Lune Rouge, de Miranda Gray // Âme de sorcière, Odile Chabrillac.


Pour découvrir mon univers et ma vision : mon Instagram @greensoulmelissandre
A venir très prochainement : de nouveaux articles sur le blog www.greensoul.fr

La nouvelle saison de mon podcast Les Guérisseuses – à chaque épisode, j’invite une femme qui j’aime à mêler ses mots au miens, inspirés par les 13 Mères Originelles.

Tu peux retrouver mes livres et ebooks sur mon site internet. Pour le mois de mai, tous sont disponibles sur participation libre et en conscience

Les cercles en ligne sont à retrouver aussi sur le site. 

Pour les prochaines retraites, ce ne sera pas avant le printemps 2021, car je porte un bébé dans mon ventre qui nous rejoindra début septembre.

Et d’autres projets, notamment cérémonies et rituels, sont à venir. Le mieux pour ne rien louper c’est de s’abonner à ma newsletter : https://www.subscribepage.com/greensoultribe

Catégories
Dossiers
Derniers articles